You are currently browsing the category archive for the ‘world music’ category.

Splendide et lumineux concert donné en Pologne à Varsovie pour les Jazz Days de l’été 2002. Que de la joie et de l’amour !

Publicités

Spain Prince Of Asturias Awards

Le compositeur et chef d’orchestre vénézuelien Jose Antonio Abreu vient de recevoir, ainsi que le chanteur Peter Gabriel, le prestigieux Polar Music Prize. Ce prix suédois récompense, à travers tout style de musique, la contribution exceptionnelle d’un artiste, d’un groupe ou d’une institution dans le monde dans le domaine musical. L’année dernière les lauréats récompensés étaient  Renée Fleming et les Pink Floyd. Voir l’article de Qobuz : Peter Gabriel et José Antonio Abreu décrochent le Polar Music Prize. En février 2009, Jose Abreu avait déjà reçu le non moins fameux Prix Ted.

Portrait :

“La musique doit être reconnue comme un…agent de développement social au sens le plus noble, car il transmet les plus hautes valeurs -solidarité, harmonie, compassion mutuelle. Et elle a la capacité d’unir une entière communauté et d’exprimer des émotions sublimes ». José Antonio Abreu

« Le fossé entre les riches et les pauvres au Venezuela est l’un des pires au monde. Dr. José Antonio Abreu, un ancien économiste, musicien de formation et réformateur social, a fondé El Sistema (le « système ») en 1975, basé sur la conviction que tous les enfants vénézuéliens peuvent bénéficier de la participation à la musique classique. Après trente ans et 10 administrations politiques différentes, El Sistema est maintenant une organisation nationale de 102 orchestres de jeunes, 55 orchestres d’enfants, et 270 centres de la musique.

Composé de près de 250.000 jeunes musiciens, El Sistema utilise la musique pour aider les jeunes, la plupart issus de milieux défavorisés,à l’éducation, et à réaliser leur plein potentiel et à acquérir des valeurs qui favorisent leur croissance et ont un impact positif sur leur vie dans la société. José conçoit El Sistema comme une alternative à la drogue et la criminalité qui empoisonne la vie de nombreux enfants du Venezuela. Les musiciens talentueux sont devenus une source de fierté nationale, ce qui porte la musique classique de la salle de concert dans le monde réel. Plusieurs participants du programme ont continué jusqu’à avoir des carrières internationales, dont Gustavo Dudamel, chef d’orchestre de l’Orchestre des jeunes Simon Bolivar et qui sera bientôt le directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Los Angeles, et le contrebassiste Edicson Ruiz qui, à l’âge de 17 ans est devenu le plus jeune musicien à se joindre à l’orchestre philharmonique de Berlin.

Il y a un concept simple derrière le travail de José : pour lui, l’orchestre est d’abord et avant tout basé sur la solidarité, un lieu où les enfants apprennent à s’écouter et à se respecter les uns les autres. José continue de croire en un avenir meilleur pour le Venezuela, soucieux de changer les gens et les structures à travers la musique. »(Ted)

Sur le site de Ted, une video de Jose Abreu à propos de la transformation des enfants par la musique

Le site du film sur réseau national d’orchestre El Sistema, fondé au Vénézuela en 1975 et son projet pour les enfants défavorisés.

Une autre video enregistrée à Ted en février 2009, avec le 2e mouvement de la 10e symphonie de Chostakovitch et la Danse N°2 d’Arturo Márquez par l’un de ces orchestres du réseau Sistema, dirigé par Gustavo Dudamel.

Le blog d’El Sistema et El Sistema aux USA

Nouvelle chanson de la fondation Playing for Change -Songs Around the World avec War/no more trouble de Bob Marley. (paroles en anglais ici)

Le site de la fondation Playing for Change
pour les suivre sur twitter
Plus d’infos sur la chanson sur le blog des Humains Associés, et sur le projet de Mark Johnson ici

A Vienne depuis deux semaines, un ami m’a envoyé un lien vers un enregistrement de cet orchestre insolite et unique !
C’est un orchestre viennois fondé en 1998 qui joue exclusivement avec des légumes frais en guise d’instruments de musique !
Les carottes-flûtes, pumpkin basses, leek violins, leek-zucchini-vibrators, concombrophones et céleris-bongos au menu de concerts internationaux 😉

Pour en savoir plus sur leurs activités, c’est ici

C’est à la première lune, du 9 au 11 janvier qu’à eu lieu la quatrième édition de l’Ice Music Festival. Ce festival de musique de glace est sans équivalent dans le monde et cette année, ce sont la harpe et le violon qui étaient à l’honneur dans la station de ski de Geilo, au coeur des montagnes norvégiennes.

violon-de-glace

Terje Isungset, l’initiateur du festival raconte :

« C’est la nature qui contrôle tout. La qualité de la glace et la température ambiante déterminent la tonalité de la musique », dit-il. La glace, c’est extrêmement beau tant au niveau visuel que musical. Elle a d’autres qualités que les autres matériaux, elle est abstraite, elle donne de chaudes tonalités même si elle est froide ».

Tous professionnels, les musiciens doivent composer avec des instruments facétieux qui se dérèglent après quelques accords et en fonction de la température, ce qui les oblige à largement improviser.

harpe-de-glace

« En musique classique, on essaie de jouer une mélodie qui sort de l’ordinaire avec des instruments traditionnels. Là, ce sont les instruments qui sont extraordinaires », dit-il.

C’est le sculpteur de glace américain Bill Cowitz qui, pendant deux jours, a façonné ces instruments éphémères. Le concert fini, ceux-ci retournent à la nature : « Ils lui appartiennent », souligne Terje Isungset. « Je n’ai fait que les lui emprunter ».

Pour une plus ample description des instruments c’est par ici, et pour en écouter quelques sons glacés c’est par là.

Et l’histoire du festival en video :

L’idée qui anime ce projet est plutôt idéaliste et universel : que la musique soit un facteur commun d’unité entre différentes cultures, ethnicités et régions.

Mark Johnson a parcouru le monde et a enregistré des artistes qui jouaient la même chanson. Il a ensuite réuni tous ses enregistrements pour créer un morceau (une reprise du standard « Stand by Me » de Ben E. King ), interprété par des musiciens qui ne se connaissent pas et qui habitent à des milliers de kilomètres les uns des autres. Du Congo à Barcelone, en passant par la Nouvelle Orléans, Amsterdam, l’Afriqsue du Sud, Toulouse, Rio, Moscou et Pise, les artistes se relaient dans des enregistrements en direct, formant une vraie chaîne musicale et humaine, pour la paix !

Cet enregistrement fait aussi partie d’un projet plus vaste…Playing for Change n’est pas seulement de la production et distribution de musique : leur Fondation (PFCF) construit et fait fonctionner une école de musique dans le township de Gugulethu et un Centre Artistique à Johannesbourg en Afrique du Sud, afin d’offrir des opportunités de développement et de formation aux jeunes de la communauté. Ils entretiennent également un centre pour les réfugiés tibétains en Inde et au Népal.

la bande-annonce du projet.
Un documentaire intitulé Playing for Change: Peace Through Music sortira l’année prochaine (2009) sur les écrans.

néthique.info

Nethique.info

mon twitter

Humanews

6 Milliards d’Autres

Flickr Photos

a

changement-climatique.fr

Changement-climatique.fr
Recommandé par des Influenceurs

Sauvez le Darfour

Sauver le Darfour
Recommandé par des Influenceurs

wifipicnic 5.0

Wifipicnic 5.0 (le 14 avril 2007)
Recommandé par des Influenceurs

Pour liberté de bloguer

Pour la liberté de bloguer
Recommandé par des Influenceurs

amnesty.fr

<embed src="http://playingforchange.com/player/widget.swf"
Publicités